les outils de Google

Les outils (gratuits) de Google pour votre entreprise

Que vous soyez une entreprise ou un indépendant (et que vous possédez un site internet), plusieurs outils Google gratuits peuvent vous aider à être plus performant. Les fonctionnalités sont variées :  reporting, analyse de données, génération de revenus, amélioration du SEO, etc. La bonne nouvelle, c’est que ces outils Google sont en accès libre et demandent simplement d’avoir un compte Google. Si vous n’en avez pas encore, la procédure est très rapide. Dans cet article, je vous présente donc les outils que je préfère et qui sont à mon sens les plus bénéfiques. Evidemment la liste n’est pas exhaustive, et Google lance régulièrement de nouveaux produits.

Google Analytics: analyse de données

Google Analytics est peut-être l’outil Google le plus connu après Gmail. Malgré cela, il m’arrive parfois de voir des entreprises qui ne l’ont pas encore mis en place.

Pourquoi tant de sites utilisent Google Analytics aujourd’hui ? La raison est simple : dès lors qu’un site est mis en ligne, il commence à accumuler du trafic (des visiteurs). En d’autres termes, le site engrange de la donnée. Or sur internet ceux qui savent exploiter ces données parviennent mieux à obtenir les résultats espérés. Ainsi, Analytics va vous permettre de faire une analyse complète du trafic de votre site, et d’en déduire des actions à mettre en place afin d’atteindre vos objectifs. C’est pour cela qu’il est important d’exploiter cet outil dès le lancement d’un site. Pour autant, il n’est jamais trop tard pour commencer !

l'analyse de données avec Google Analytics

Des exemples de données que l’on peut obtenir grâce à Analytics :

  • Nombre de nouveaux visiteurs par rapport au nombre de visiteurs récurrents
  • Données démographiques sur vos visiteurs
  • Le comportement des utilisateurs sur votre site
  • Les pages qui sont les plus visitées et celles qui génèrent le plus d’interactions
  • Les sources de trafic qui vous amènent vos visiteurs sur votre site
  • Etc.

Et ce qui est d’autant plus intéressant, c’est de pouvoir définir des indicateurs selon vos objectifs, puis de suivre leur évolution régulièrement. De cette façon vous saurez si les actions entreprises auront ou non été bénéfiques.

Pour plus d’informations sur Google Analytics, n’hésitez pas à m’écrire.

Google Search Console :référencement naturel (SEO)

Si vous possédez un site internet, vous savez déjà qu’il est primordial d’optimiser son référencement naturel. D’autant plus que ce sont des techniques gratuites et qui permettent d’être plus visible auprès de votre cible. Alors pourquoi s’en priver ?

Google Search Console

Justement, la Search Console permet d’analyser le trafic organique (naturel) de votre site. C’est elle aussi qui va permettre d’analyser la performance globale : vitesse de téléchargement, ergonomie, navigation sur mobile, etc. Tous ces aspects doivent être optimaux pour piloter au mieux votre SEO. De plus, elle vous apportera des informations sur les requêtes qui ont mené à votre site. Ces dernières peuvent ensuite être intégrées à Google Analytics pour apporter une vision supplémentaire à votre analyse.

Pour plus d’informations sur la manière d’intégrer la Search Console à votre site ou de l’associer à Analytics, n’hésitez pas à me contacter.

Google Ads : publicité - référencement payant (SEA)

J’ai écrit déjà quelques articles sur Google Ads afin de vous donner des conseils, mais ici je souhaiterais simplement vous parler de l’utilité de cet outil. Ce dernier n’est pas gratuit à 100% car il faut payer pour les clics reçus, mais sa mise en place est effectivement gratuite. N’importe qui peut créer un compte sur la plateforme et commencer à générer des campagnes publicitaires. De plus, vous avez totalement la main sur le budget que vous voulez y investir. D’ailleurs, il est tout à fait possible de faire de la pub pour avec un petit budget.

publicité sur google ads

Vous l’aurez compris, Google Ads sert à créer de la publicité qui mènera des visiteurs qualifiés vers votre site. Pourquoi ne pas simplement se concentrer sur le référencement naturel ? Parce que le référencement naturel est un travail de longue haleine dont les résultats ne sont parfois visibles que très longtemps après la mise en place des optimisations. Au contraire, la publicité permet d’obtenir des résultats très rapides quelques soient vos objectifs (générer des leads, avoir plus de visiteurs, augmenter votre notoriété, générer des ventes, etc.).

Les différentes options de ciblage permettent de qualifier le trafic entrant de façon à payer seulement pour des clics qui sont intéressants pour vous. Peu importe si vous êtes une entreprise, un indépendant, ou simplement un bloggeur, Google Ads peut vous aider à atteindre vos objectifs.

Bien que la création et la mise en place d’un compte publicitaire soit accessible à tous, le suivi et l’optimisation des campagnes est toutefois plus compliqué lorsque l’on n’est pas un spécialiste du marketing digital. Dans mon dernier article, je vous donne justement des astuces pour choisir un bon prestataire Google Ads qui saura gérer vos campagnes selon vos propres KPIs. Et si vous avez besoin d’un spécialiste, n’hésitez pas à me contacter.

Google My Business - Visibilité et Notoriété

Vous avez sûrement déjà vu des encarts comme celui-ci lorsque vous faites une recherche sur un établissement ou une entreprise. Et bien c’est grâce à Google My Business que vous avez la possibilité de le faire. C’est totalement gratuit et très facile d’installation.

L’avantage pour les entreprises et les indépendants, c’est de pouvoir récolter des avis et donc d’améliorer leur fiabilité aux yeux des internautes. En effet, Google My Business permet d’indiquer vos coordonnées de contact, votre adresse (mais ce n’est pas obligatoire), et même éventuellement des posts temporaires pour promouvoir par exemple des actions ponctuelles.

Dans l’inconscient collectif, Google My Business est réservé aux établissements hôteliers et aux restaurants. Pourtant il est utile à toute entreprise ou personne qui souhaite promouvoir son activité. Donc de mon côté, je le recommande systématiquement.

google my business

Google Data Studio: outil de reporting

Si vous n’avez pas encore votre propre outil de reporting, vous avez la possibilité d’utiliser Google Data Studio. Il va chercher les informations de vos comptes (Google Ads, Search Console, Google Analytics, etc.) et à partir de là vous pouvez mettre en forme les données dans des tableaux, graphiques, courbes, etc. Les possibilités de mises en forme sont nombreuses et c’est pour cela que j’aime particulièrement cet outil. Je l’utilise par exemple pour rendre compte des performances des campagnes Google Ads que je gère. Une fois encore, il s’agît d’un outil gratuit et accessible à tous.

Google Adsense : pour générer des revenus grâce à votre site

Cet outil est plutôt réservé aux éditeurs (bloggeurs, sites de news, etc.) qui souhaitent générer des revenus supplémentaires grâce à leur site internet. Le fonctionnement est simple : vous mettez des emplacements de votre site à disposition de Google afin qu’il puisse y afficher des publicités. Ces dernières seront en lien avec les sujets que vous traitez dans votre site. Et vous pouvez choisir sur quelles zones de votre site vous voulez avoir de la publicité, de façon que ça s’intègre au mieux.

encarts publicitaires google adsense

Malheureusement, je ne vais pas pouvoir m’étaler sur ce sujet car je ne suis pas spécialiste, mais sachez tout de même que c’est une possibilité. Pour les sites d’entreprises je ne le conseillerais pas car cela peut fortement perturber votre image de marque et rendre la navigation sur le site moins agréable.

Evidemment, il existe beaucoup d’autres outils Google (Google Drive, Google Cloud, etc.), mais j’ai recensé ceux qui pour moi sont les plus intéressants et faciles à utiliser. Il est d’ailleurs possible que ceux que j’ai cité ne conviendront pas tous à votre activité. Le mieux reste de choisir ceux qui auront de la valeur ajouté pour vous et de les tester. 

représente la rencontre entre un freelance et un client

Comment trouver un bon prestataire freelance pour gérer ses campagnes Google Ads ?

Nombre d’entreprises ont compris l’importance d’être présent sur internet et d’en tirer le meilleur parti, en utilisant notamment des campagnes publicitaires sur internet. Tout l’intérêt réside dans le fait de pouvoir être visible auprès des internautes qui ont de fortes chances de devenir de futurs clients. Pour cela, la plupart des annonceurs misent sur Google Ads, l’outil de prédilection développé par Google pour créer des annonces publicitaires sur internet. En effet, il reste un des canaux webmarketing les plus populaires. Et pour cause, Google représente aujourd’hui plus de 94% des recherches sur internet en France !

Mais comment faire lorsque l’on manque de temps ou de connaissances pour exploiter cet outil qui se complexifie d’année en année ?

Plusieurs choix s’offrent alors aux entreprises : recruter, faire appel à une agence spécialisée, ou encore chercher un prestataire freelance Google Ads (ou « Trafic Manager »). Le choix dépendra alors de la stratégie envisagée, du budget, et des spécificités du projet (deadline, durée, etc.).

Pourquoi faire appel à un freelance?

Les entreprises qui font appel à un freelance pour gérer leurs campagnes Google Ads sont de plus en plus nombreuses. Cela s’explique par tous les avantages que représentent ce statut pour les entreprises. Tout d’abord, un freelance se veut généralement flexible. Que ce soit pour un projet de dernière minute, un besoin d’avoir une tarification sur mesure, ou encore un accompagnement personnalisé, le freelance saura répondre à ces attentes.

Ensuite, choisir un freelance c’est avant tout gagner du temps sur les tâches chronophages, et par la même occasion bénéficier d’une expertise. Deux ressources dont on ne dispose pas toujours en interne.

Comment bien choisir son prestataire Google Ads?

Très nombreux sur le marché, les freelances proposant des services en tant que « Trafic Manager » ou encore « expert SEA » sont généralement référencés sur des sites de mise en relation entre entreprises et freelances. Les plus utilisés sont Malt.fr, 5euros.com ou encore Codeur.com. L’avantage de ces sites réside dans leur simplicité et leur rapidité quant à trouver des profils disponibles.

En revanche, lorsque l’on se retrouve face à 20 pages de résultats (et parfois bien plus) avec des profils qui nous semblent à première vue tous similaires, ce n’est pas facile de savoir vers qui s’orienter. Pourtant, un prestataire à qui l’on confie ses campagnes (et donc son budget) doit être en mesure d’instaurer une relation de confiance, tout en s’appuyant sur de solides compétences, afin d’être capable de vous conseiller. Surtout si on recherche quelqu’un sur le long terme.

Voici pour moi les points-clé à vérifier pour ne pas se tromper :

Compétences et expérience

Bien entendu, la première étape de votre recherche consistera à trier les profils en fonction des avis et des recommandations. Une fois ce premier tri effectué, il restera certainement encore beaucoup de possibilités.

Donc la deuxième étape consistera à vérifier que les freelances disposent bien de certifications Google Ads. Loin d’être des formalités, ces certifications démontrent vraiment les compétences d’un Trafic Manager. Il y a plusieurs spécialités et donc plusieurs certifications possibles. Mais il faut en avoir au minimum 2 pour pouvoir être reconnu comme un professionnel Google Ads. Les plus rependues sont « Les bases de Google Ads » et « Google Ads pour la publicité sur le Réseau de Recherche ». D’autant plus que cela demande du temps et du travail pour les obtenir, ce qui témoignera du sérieux du freelance Google Ads en question. Le plus souvent vous pourrez trouver ces informations sur le site internet de la personne, son profil LinkedIn, ou encore directement sur la plateforme de freelance. Autrement, n’hésitez pas à les leur demander directement.

De plus, l’ancienneté et l’expérience sont de bons facteurs de différenciation. Aujourd’hui il est possible de se former rapidement sur internet sans avoir d’expérience ; et toutes les formations ne se valent malheureusement pas. Or un bon gestionnaire de campagnes Google Ads est quelqu’un qui a les compétences nécessaires pour pouvoir s’adapter à différents types d’annonceurs, et qui saura prendre les bonnes décisions en fonction des besoins des clients. Donc, avant de choisir un freelance je vous recommande vivement d’aller visiter son profil LinkedIn pour vérifier qu’il a assez de pratique derrière lui (en entreprise et/ou en indépendant).

Spécialisation et expertise

Si vous avez le choix entre plusieurs profils, vous pouvez aussi vous baser sur la spécialisation et l’expertise de la personne. Plus un freelance proposera de types de services différents, moins il sera spécialiste. Ces profils peuvent être très intéressants pour les entreprises qui recherchent quelqu’un pour combiner plusieurs projets à la fois (par exemple du SEO et des campagnes publicitaires). Cependant, pour les entreprises qui ont simplement besoin de quelqu’un pour gérer leur compte Google Ads, alors vous pourrez privilégier un profil d’expert. Personnellement, je recommande souvent à mes clients de privilégier plusieurs profils de spécialistes plutôt que de travailler avec une seule personne pour bénéficier d’une expertise sur chaque sujet. C’est d’autant plus important dans les domaines du web où les outils se complexifient de plus en plus. Et où il est important de connaître toutes les spécificités pour proposer les solutions les plus adaptées en fonction des besoins des clients.

Méthode de travail et professionnalisme

Un des objectifs principaux des annonceurs lorsqu’ils lancent des campagnes Google Ads est de générer du trafic qualifié. Par « qualifié » il faut entendre du trafic cohérent qui se rapporte à la cible de l’annonceur. Il n’est pas rare de voir des Trafic Managers se concentrer uniquement sur l’aspect « volume de clics » en oubliant la partie qualitative. Donc une façon simple de s’assurer de la direction que prend votre prestataire pour optimiser vos campagnes sera tout simplement de lui poser la question. N’hésitez pas à lui demander comment il compte gérer les campagnes, et quels moyens il compte mettre en œuvre pour atteindre vos objectifs. Enfin, demandez toujours à recevoir un bilan des performances en fin de période afin de vous assurer du travail réalisé, et des résultats obtenus.

Tarifs

Vous vous en êtes sans doute rendu compte, on trouve toutes sortes de tarifs sur le marché. Chaque freelance ayant sa propre  méthode de tarification, il est difficile de s’y retrouver. Sachez tout de même que le fonctionnement de base est en général le même. Le client paye directement les clics reçus à Google, et le freelance vous facturera ses frais de gestion. Ce que je recommanderais simplement c’est de comparer les tarifs des prestataires entre eux. Sur les plateformes de freelances c’est d’autant plus simple car les tarifs sont directement visibles. Sinon, demandez des devis. Mais ne vous fiez pas seulement au tarif qui peut induire en erreur. Prenez aussi (et surtout) en compte tous les points vus ci-dessus. Un tarif étonnement bas doit vous questionner, tout comme un tarif bien au-dessus des autres si l’expérience et l’ancienneté ne sont pas au rendez-vous.

tarif moyen pour un freelance google ads sur Malt.fr
Exemple de tarifs jour moyens pour des consultants webmarketing en fonction du niveau d'expérience (étude réalisée par Malt.fr)

Besoin d’un Trafic Manager Freelance pour gérer vos campagnes ?

Vous pouvez me contacter par mail à manon.bosc@mb-webmarketing.com ou visiter mes profils de vendeuse sur les plateformes freelance :

Profil 5euros.com (et voici mon service le plus vendu)

Profil Malt.fr

Vous pouvez aussi encore visiter mon profil LinkedIn pour plus de détails sur mon parcours, ou bien directement consulter la page dédiée sur mon site.

Au plaisir d’échanger prochainement !

illustration de l'article sur mes astuces pour gérer les petits budgets google ads

Mes astuces pour les petits budgets Google Ads

Il faut l’avouer, les « petits budgets » Google Ads sont souvent un casse-tête à optimiser. Et ils ne le sont pas seulement pour les novices, mais aussi pour les professionnels ! Pourtant ils n’en restent pas moins intéressants car les challenges sont nombreux. Avant toute chose, je précise qu’on parle de « petits budgets » en dessous de 500-600€ par mois.

Evidemment, le but de chaque annonceur c’est de pouvoir non seulement obtenir plus de trafic, mais aussi (et surtout) que les campagnes soient rentables. L’avantage c’est que Google n’impose pas de budget mensuel minimum pour créer des campagnes. La seule chose à avoir en tête c’est que selon le secteur d’activité, les mots-clés peuvent être plus ou moins chers selon la concurrence. Donc certains annonceurs ne pourront pas obtenir de résultats en-dessous d’un certain seuil de budget. Mais un Traffic Manager saura vous aiguiller vers le bon montant à investir en fonction de votre secteur et de vos objectifs.

En tout cas, soyez rassurés, on peut tout à fait avoir des comptes performants avec un budget en dessous de 500€ ou 600€, à condition de mettre en place certaines optimisations. On ne gère pas un petit compte comme on gérerait le compte d’une multinationale, cela va de soi. C’est pour cela que je vous donne donc certaines astuces imparables afin de générer un trafic le plus ciblé possible tout en rationalisant les dépenses.

Avant de rentrer dans le détail, voici une infographie qui vous donnera les premiers éléments pour bien gérer un compte Google Ads à petit budget:

infographie pour expliquer comment gérer un compte Google Ads avec un petit budget

Utiliser les ajustements d'enchères

Un ajustement d’enchère permet de modifier l’enchère d’un mot-clé en temps réel, selon le profil de l’internaute qui effectue sa recherche. Par exemple, mon mot-clé a une enchère de 0,50€ et je souhaite lui appliquer un ajustement d’enchère de -20% pour les internautes qui font leur recherche depuis leur téléphone. Donc mon enchère ne sera plus de 0,50€ pour ces profils-là, mais de 0,4€. En clair, cela permet de réserver son budget pour les internautes qui sont le plus susceptible de ramener des conversions (ou des leads). Et de dépenser moins pour ceux qui seraient moins qualifiés.

Il existe plusieurs types d’ajustement d’enchères :

  • Zones géographiques : pour enchérir plus ou moins selon la position géographique des internautes
  • Audiences : pour enchérir plus ou moins selon l’audience à laquelle appartiennent les internautes (ex. anciens clients / visiteurs des 30 derniers jours, etc).
  • Appareils : pour enchérir plus ou moins selon l’appareil utilisé par l’internaute pour effectuer sa recherche. Souvent les recherches depuis un mobile convertissent moins que celles depuis un ordinateur, donc pour un petit budget c’est intéressant d’y appliquer un ajustement négatif.
  • Calendrier : pour enchérir plus ou moins selon les heures de la journée et/ou selon les jours de la semaine.
  • Données démographiques : pour enchérir plus ou moins selon le sexe et l’âge des internautes.

Je conseille vivement à tous les gestionnaires de comptes Google Ads à petits budgets d’exploiter tous ces types d’ajustement dès lors qu’il y a assez de données accumulées pour prendre les bonnes décisions. Ainsi, pour un compte qui vient d’être lancé, cela ne servira à rien d’appliquer des ajustements. Au contraire, cela risque de pénaliser la campagne.

Analyser les ajustements d'enchères

J’évoquais déjà le rapport des termes de recherche dans un précédent article pour expliquer comment il servait à trouver de nouveaux mots-clés. De mon point de vue c’est vraiment un outil qui est nécessaire d’exploiter, y compris pour rationaliser le coût d’une campagne.

Quand on a besoin d’éliminer toute dépense inutile, il faut aller jeter un œil aux requêtes qui sont tapées par les internautes et qui déclenchent la diffusion de nos annonces. Cela réserve parfois bien des surprises ! En effet, des erreurs dans le choix des types de correspondance des mots-clés peut coûter très cher. Si l’on enchérit sur un mot-clé en ciblage large, ou bien sur un mot clé très générique et pouvant être utilisé dans plusieurs contextes, alors on court le risque que nos annonces soient diffusées à tort. Et justement, pour être certains que nos annonces ne soient visibles que pour les internautes qui sont vraiment intéressés par ce que l’on propose, il faut utiliser le rapport des termes de recherche.

Pour rappel, il se trouve dans la partie « mots-clés » de vos campagnes, sous l’onglet « Termes de recherche ».

Une fois dans le rapport, je conseille d’analyser une période d’un mois et de trier le tableau par nombre de clics. Ainsi vous verrez les termes ayant le plus déclenché des clics sur vos annonces. Et vous pourrez vérifier qu’ils sont bien en lien avec vos produits ou services, et voir leur performance. Ceux qui ne sont pas pertinents pourront alors être ajoutés à la liste de mots-clés négatifs (ceux pour lesquels nous ne voulons pas déclencher la diffusion de nos annonces).

Bien structurer ses campagnes...

… pour concentrer le budget sur les mots clés principaux ! Avec un budget en-dessous de 500€ il faut aussi rationaliser le nombre de campagnes et de groupes d’annonces dans le compte. Pourquoi ? Tout simplement parce que pour que chaque mot-clé principal ait une chance de convertir, il faut qu’il y ait assez de budget pour pouvoir enchérir dessus.

Mais ce n’est pas la seule raison. Bien structurer ses campagnes permet aussi d’obtenir un meilleur score de qualité. Ce dernier permet de réduire les CPC (coût par clic- ou enchères) des mots-clés, donc c’est d’autant plus pertinent pour des petits comptes. La raison pour cela c’est que Google veut inciter les annonceurs à produire des annonces pertinentes, pour que son moteur de recherche continue d’être le plus utilisé à travers le monde.

Donc pour récapituler, jouer sur la structure même d’un compte est une autre astuce pour permettre de baisser les dépenses, cette fois-ci plutôt d’un point de vue structurel.

illustration d'une structure d'un compte Google Ads

Rester en enchères manuelles

Enfin, je recommanderai toujours pour les petits budgets de choisir les enchères manuelles comme stratégie d’enchères. Cela permettra d’avoir un contrôle total sur les dépenses par mots-clés en prenant en compte toutes les données importantes : CPA (coût d’acquisition), ROI, position, taux d’impression, taux de conversion, etc. En effet, les stratégies d’enchères automatiques ne peuvent pas prendre en compte tous ces critères à la fois pour optimiser les enchères. En général, ces dernières sont surtout à privilégier pour des comptes et campagnes qui tournent depuis longtemps et qui enregistrent beaucoup de trafic et de conversions. Si ce n’est pas le cas, le risque est que l’algorithme fonctionne mal, car il n’a pas assez de données pour prendre les bonnes décisions. Ce qui est rarement le cas sur des campagnes à petits budgets qui elles privilégient souvent la rentabilité au volume.

En conclusion ...

Vous l’aurez compris, quand on est amené à gérer un compte à petit budget, le but c’est vraiment de contrôler le trafic entrant afin de ne pas dépenser de budget sur un trafic qui ne serait pas ou peu qualifié.

En mettant en place ces quelques recommandations, vous verrez rapidement des améliorations de vos principaux KPIs (ROI, CPA, taux de conversion, etc.). En revanche, c’est un travail de longue haleine qui demande des optimisations et un suivi réguliers.

Si vous gérez un compte Google Ads à « petit budget » et que vous avez d’autres astuces à partager, n’hésitez pas à écrire un commentaire ou à me contacter directement !

photo pour illustrer l'article trouver de bons mots clés

Comment trouver de bons mots clés pour Google Ads ?

Difficile de savoir quels mots clés sont à privilégier quand on démarre une campagne Google Ads. Et pas facile non plus d’en ajouter de nouveaux lorsque qu’une campagne tourne depuis un petit moment. On se dit souvent qu’on a fait le tour, ou qu’il suffit d’enchérir sur les mots-clés les plus importants. Et pourtant, il faut avoir conscience qu’il existe autant de mots-clés que d’internautes (en fait bien plus, mais vous comprenez la logique 😉 ) ! Donc si l’on veut que nos annonces soient visibles auprès de notre cible, il faut cerner tout ce que ces derniers tapent sur Google. Sachant que ça peut bien sûr être amené à évoluer. Lire la suite

photo de l'article SEO SEA SMO

SEO, SEA, SMO… quelle stratégie webmarketing est faite pour vous ?

Nombre des clients avec qui je discute se posent la question de savoir quelles stratégies webmarketing mettre en place, et à quel moment. La réponse n’est pas évidente, il existe en effet de nombreuses possibilités parmi lesquelles le référencement payant (SEA), le référencement naturel (SEO), l’optimisation des réseaux sociaux (SMO), etc. Bien souvent nous faisons des amalgames entre tous ces concepts. Pourtant, il est nécessaire d’en maîtriser les subtilités si on veut construire une stratégie digitale efficace !

Nous allons voir dans cet article comment tous ces concepts webmarketing se différencient. Et surtout, comment ils s’articulent entre eux.

Comprendre les grandes familles de techniques webmarketing

Vous avez sûrement dû entendre parler de ces termes: « SEO », « SEA ». Et vous avez même déjà certainement une idée de ce dont il s’agît. Pouvez-vous en dire autant pour le SMO et le SMA? À eux quatre, ces concepts renvoient aux principales techniques webmarketing que les entreprises utilisent pour créer ou améliorer leur visibilité sur internet. Avant de comprendre comment les employer, vérifions ensemble que vous maîtrisez ces terminologies.

SEO et SEA

Leur fonction principale : le référencement. En d’autres mots, ces deux termes renvoient tous les deux à des ensembles de techniques qui permettent d’augmenter la visibilité d’un site internet sur les moteurs de recherche (Google, Bing, Yahoo!, Qwant, etc.).

  • L’une se fait via des publicités payantes, c’est le référencement payant ou SEA (Search Engine Advertising).
  • L’autre se fait via des techniques de référencement gratuit, le SEO (Search Engine Optimisation).
  • Ensemble, le SEO et le SEA forment le SEM (Search Engine Marketing), ou le marketing sur les moteurs de recherche !

SMO et SMA

A la différence des techniques citées à gauche, celles-ci concernent les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, etc.). Créer une identité de marque, être visible sur les réseaux, animer une communauté, booster les ventes…sont autant d’objectifs que l’on peut poursuivre grâce au SMO et au SMA.

  • Le SMA, ou « Publicité sur les médias sociaux » correspond aux campagnes publicitaires payantes sur les réseaux sociaux.
  • Le SMO, ou « Optimisation [du référencement] sur les médias sociaux » utilise des techniques du référencement gratuit sur les réseaux sociaux.
  • Ensemble, ils forment le SMM (Social Media Marketing), ou le marketing sur les médias sociaux !

Les plus visuels d’entre nous comprendront mieux avec ce schéma :

infographie présentant les concept du SEO, SEA, SEM, SMO,SMA et SMM.

Quelle(s) campagne(s) choisir pour mon entreprise ?

Pour déterminer quelle stratégie est faite pour vous, il faut d’abord se demander quels sont vos objectifs, et quels investissements êtes-vous prêts à faire, en temps et en argent. Puis posez vous les questions suivantes.

moteurs de recherche ou réseaux sociaux ?

L’un des buts premiers du webmarketing est de trouver des prospects sur internet. Cela revient donc à être présent là où ils se trouvent. Alors, réfléchissez à votre cible, et demandez-vous où vous aurez le plus de chances de l’atteindre.

Quand on sait que Google concentre plus de 92% des recherches sur internet dans le monde…il est plus que recommandé d’optimiser sa visibilité sur ce canal ! C’est un bon point de départ; mais est-ce suffisant ?

En réalité, tout internaute (ou presque !) sera à la fois utilisateur de moteurs de recherche et de réseaux sociaux. Il y a donc vraiment dans peu de cas qu’il ne sera pas recommandé de travailler sa visibilité sur les deux canaux en même temps. D’ailleurs, en 2019 on compte près de 3 milliards d’utilisateurs de réseaux sociaux. Les principaux utilisés sont Facebook, Instagram et YouTube. Mais cela ne veut pas dire que ce sont les plateformes à privilégier pour vous. Cela va dépendre de votre cible.

Par exemple :

  • Facebook : idéal pour toucher un public large et varié
  • Instagram : C’est davantage un réseau d’influence qui est moins adapté pour des objectifs de vente que pour les objectifs de notoriété
  • Twitter : réseau plus minimaliste qui sert surtout à relayer l’actualité
  • YouTube : il faut pouvoir publier des vidéos très régulièrement pour en tirer les pleines possibilités
  • Snapchat : pour les <25 ans surtout, et plutôt des femmes
  • LinkedIn : réseau professionnel avec des thématiques business. Idéal pour les commerces en B to B.

Ceci étant dit, il reste à réfléchir à la (ou les) méthode(s) à employer. Allez-vous miser sur le long terme, avec des stratégies naturelles, « gratuites ». Ou allez-vous faire décoller vos ventes avec de la publicité ? Que ce soit sur les moteurs de recherche ou sur les réseaux, les deux possibilités existent et présentent leurs avantages et leurs inconvénients.

investir sur de la publicité payante, ou travailler sur du référencement gratuit ?

Rappelez-vous, le SEO et le SMO sont des techniques gratuites de référencement. La première, sur les moteurs de recherche, et la deuxième sur les réseaux sociaux. Ensuite, le SEA et le SMA sont des techniques de publicité payante. La première, sur les moteurs de recherche, et la deuxième sur les réseaux sociaux.

infographie qui présente les différences entre référencement payant et référencement naturel

Plusieurs cas sont à distinguer:

Vous venez de démarrer votre activité

Il serait recommandé, pour booster votre visibilité de commencer des campagnes de référencement payant (publicité). Vous décidez du budget à dédier à ces campagnes, et vous décidez si vous internalisez cette activité ou si vous faites appel à un Traffic Manager.

En parallèle, ou plus tard, vous devrez travailler votre référencement naturel car c’est primordial pour assurer votre pérennité. Cela demande plus de travail et de temps pour porter ses fruits. Mais cela permet de pouvoir par exemple réduire les frais publicitaires dans le temps. Et d’investir davantage dans de nouveaux produits ou services qui viendraient d’être lancés.

Vous êtes déjà bien implantés

Si vous l’êtes, vous avez déjà dû bénéficier d’une avance sur le référencement naturel. Si vous ne vous en êtes jamais occupé, il est vivement conseillé de s’y mettre rapidement pour en récolter les bénéfices le plus tôt possible. Sinon vous risquez de perdre du terrain face à la concurrence.

Les publicités payantes sont quant à elles recommandés si vous avez des objectifs de croissance qui nécessitent des actions rapides et efficaces. Par exemple, cela est utile dans des cas où vous avez besoin de renouveler votre clientèle, d’augmenter le volume d’affaires, etc. Elles peuvent aussi par exemple venir en soutient de campagnes promotionnelles.

Vous l’aurez compris : tout va dépendre de votre situation, de vos objectifs, de votre temps et de votre budget. Si après être arrivé au bout de cet article vous vous posez encore des questions pour le choix des campagnes webmarketing, n’hésitez pas à m’écrire ou à remplir le formulaire de contact.

Et vous, quelles stratégies avez-vous mises en place?

Succès ou fausses bonnes idées…Partagez votre expérience en écrivant un commentaire en dessous de cet article!